1 of 42  Previous | Next

*** diaporama ***

“Nems au porc“ ne signifie rien, pas plus que le “No Futur“ des punks. Tout le monde peut s’en saisir, mais hors contexte il ne signifie plus rien. Au sein de la Gare Experimentale, collectif artistique autogéré du sud parisien, tout le monde peut le faire sien, il convient pour toutes les occasions et chacun vous comprendra.

La Gare Experimentale est un des squat artistique qui s’est installé dans les batiments laissés vacants du sud parisien, intra ou extra-muros. Le grand Paris déploit ses connexions et les squats se developpent à la peripherie, s’y mélangent artiste en recherche d’espace, punks, rockers, hackers, rappeurs, rastas, inclassables, le public, les amis.

Les squats sont associés à l’underground mais à l’ere ou tous les évenements sont annoncés par internet, l’underground est bien moins caché. Que signifie aujourd’hui l’alternative ? Les squats se sont démocratisés d’une certaine façon. Les squats artistiques sont la jonction entre les mouvements «durs» des années 80/90 et une partie de la jeunesse politiquement peu ou prou apparenté au mouvement des indignés, symptomatique d’une partie de la classe moyenne qui se sent de moins en moins lui appartenir. Elle utilise des moyens d’action d’autres mouvements, plus ancien sans pour autant chercher la confrontation avec les autorités politiques, préférant une politique de négociation polie à une
politique de rupture. “On a aujourd’hui recyclé l’underground parisien des années 80 en nouvelle mouvance, plus calme et plus bourgeoise, sorte de mélange entre le populo, l’anarcho et le petit bourgeois.»